Les coups de cœur du Ligueur

 

9/11 ans12/15 ans Livres

Prix Versele 2018 - 5 chouettes (dès 11 ans)

Prix Versele 2018 - 5 chouettes (dès 11 ans)

QUAND C'ETAIT LA GUERRE ET QUE JE NE COMPRENAIS PAS LE MONDE
Joke van Leeuwen - Alice Jeunesse* (Deuzio)

« J’aurais voulu demander pourquoi on appelait la frontière une frontière, qui avait inventé les frontières, et ce qu’on faisait quand la frontière tombait pile où les gens habitaient ». L'histoire - aussi avec un grand H - est vue à travers le regard, les constatations, les déductions et les questions de Toda, une petite fille de 9 ans. Son père a été obligé d’abandonner son métier de pâtissier : « Il fallait qu’il aille se battre contre nos ennemis pour défendre nos amis, même si certains ennemis étaient aussi ses amis ». Toda est tout d'abord confiée à sa grand-mère. Mais quand la guerre se rapproche, la petite fille va monter dans un car avec d’autres enfants pour rejoindre sa maman qui vit « dans un pays où il n’y a pas la guerre ». Dans quel pays sommes-nous ? De quelle guerre s’agit-il ? On ne nous le dit pas. Mais nous pouvons le deviner.

MO
Julia Billet - ill. Simon Bailly - Éditions du Pourquoi pas

Dans la cité, Mo est gardien. C'est bien la première fois qu'un gardien d'immeuble devient le personnage central - le héros - d'un album pour enfants. Et, coup de bol, c'est un album exceptionnel à tous points de vue. Si Julia Billet est une auteure appréciée depuis longtemps, ce sont les premiers pas de Simon Bailly dans l'édition jeunesse. Trois doubles pages sans un seul mot suffisent à nous faire comprendre que Mo est sympa, qu'il est bien accepté dans le quartier et qu'il rend volontiers service. Mais la quatrième de couverture nous avait mis au parfum : Mo a un secret. Ce secret, on le devine petit à petit. Mo a un problème avec les lettres et les mots.

TE SOUVIENS-TU DE WEI ?
Gwenaëlle Abolivier - ill. Zaü - HongFei

En cette période de centenaire de la Grande guerre, les albums jeunesse évoquant 14-18 sont légion. Mais a-t-on jamais parlé des dizaines de milliers de travailleurs chinois qui - dès 1916 - ont quitté leur pays pour trouver du travail, ignorant la dureté du sort qui les attendait ? En France, ils ont travaillé dans les ports, dans les fermes, dans les mines, dans les usines d'armement, sur les routes et les voies ferrées. Et même s'ils n'ont pas servi dans les armées, neutralité chinoise oblige, on évalue à 20 000 le nombre des victimes. Te souviens-tu de Wei ? Le titre interroge le lecteur : Wei pourrait être le père de son grand-père. L'album imagine en effet le destin d'un jeune homme de 20 ans ayant survécu à l'horreur et s'étant établi en France.

ALCIBIADE
Rémi Farnos - La joie de lire (Somnambule)
LAURÉAT 2018

Voici une BD qui ne ressemble à aucune autre. On n'y retrouve pas la succession de cases, caractéristiques du genre. Mais bien, à chaque page, une seule grande image divisée en carrés. Un peu comme le plateau d'un jeu d'échecs. Les personnages y déambulent, selon un chemin souvent tortueux. Le regard du lecteur qui les accompagne passe d'un carré à l'autre, dans toutes les directions. Et qui sont ces personnages ? Le principal, Alcibiade donc, est un jeune garçon qui s'en va vers l'est pour rencontrer le Grand Sage, espérant qu'il lui fasse connaître son destin. Long chemin initiatique depuis son village natal, avec la traversée du désert du Péril, le survol de la chaîne des Lapages et un parcours dans le labyrinthe de Glace. Des dangers multiples mais aussi de belles rencontres.

AVANT L'OURAGAN
Jewell Parker Rhodes - l'école des loisirs (Neuf)

La narratrice, Lanesha, 12 ans, vit avec Mama Ya-Ya, la sage-femme qui l'a mise au monde. Les autres enfants la traitent de sorcière. Elle n'en a cure, quand elle sera grande, elle sera à la fois « ingénieure » et « interprète des symboles et des signes ».
Dans une ambiance de réalisme magique, son récit prend la forme d'une tragédie en deux actes. Le premier est bâti sur l’attente. Il fait beau et chaud. L’ouragan approche. Radio et télévision conseillent aux habitants de partir. Mais comme Mama Ya-Ya l’avait prévu, ce n’est pas l’ouragan lui-même, mais bien la rupture des digues du Mississipi, qui plongera la ville, et notamment son District 9, dans l’horreur. Ce sera l’objet du second acte. Celui de l’action. Lanesha, accompagnée du fils des voisins et de son chien, déploiera des trésors de sang-froid et d’intelligence pour survivre.

Les infos pour participer, c'est ici.

Avec le soutien de :

vec l