Moi, Abdul Khaliq, 16 ans,
loin de ma famille

 

Vie de parent 

Moi, Abdul Khaliq, 16 ans, loin de ma famille

Moi, Abdul Khaliq, 16 ans, loin de ma famille

Le Ligueur et le CIRÉ vous proposent quatre portraits de jeunes migrants. Quatre histoires personnelles avec chaque fois une évocation de ceux, de celles qui ont aidé ces jeunes au cours de leur parcours migratoire. 

 

Vie de parent 

« Tout est passé »

« Tout est passé »

On ouvre cette galerie de portraits avec un mineur non accompagné qui nous vient d’un village en Afghanistan. Il nous raconte la façon dont il a fui les Talibans, laissant les siens derrière lui. Il a connu un exil long de 7 mois avant de fouler le sol belge. Il en retire une force rare et une sagesse déconcertante pour un adolescent de cet âge.

 

Vie de parent 

Oser demander de l’aide

Oser demander de l’aide

Abdul Khaliq est un as des langues, qui parle français, anglais, mais qui a surtout une qualité précieuse : à la maison comme à l’école, il ose demander de l’aide, il ose s’exprimer, comme en témoignent Guillaume, éducateur, et Bieke, assistante pédagogique dans son école bruxelloise. 

 

Vie de parent 

« Abdul a toutes les capacités pour réussir »

« Abdul a toutes les capacités pour réussir »

Julien Blanc est le tuteur d’Abdul Khaliq. Il a rencontré le jeune Afghan deux mois après son arrivée en Belgique. Il l’a accompagné dans sa demande d’asile, mais aussi dans son projet de vie dans notre pays. Abdul voulait vivre en Flandre, son tuteur l’a donc aidé à s’inscrire dans une école néerlandophone.