Petite enfance : comment rester zen face à l'angoisse ?

 

Vie de parent 

Petite enfance ? Respirez, tout va bien se passer

Petite enfance ? Respirez, tout va bien se passer

Petits enfants, grandes angoisses… Eh oui ! Les parents d’ados qui nous lisent et qui ont la mémoire courte nous joueront un refrain bien connu, du type « Peuh, avant l’adolescence ? Trop facile… ». Au Ligueur, on ne pense pas qu’une période soit plus commode qu’une autre. La parentalité, ce muscle qui se travaille tous les jours, ne va pas sans son lot d’angoisses, à tout instant de la vie de parent. Nous allons revenir dessus dans ce dossier, sans être exhaustifs, mais en faisant en sorte que ces peurs se transforment en autre chose. Peut-être même en un sentiment, si ce n’est positif, au moins pragmatique.

 

Vie de parent 

À la maison (santé, apprentissages et accidents domestiques) - © gettyimages

À la maison (santé, apprentissages et accidents domestiques)

Badaboum ! Quelques bleus, quelques bosses, des égratignures et des chutes incontrôlées : c’est normal, dès que votre petit bout se met à explorer, il rejoint la communauté des Aïe-Ouille-Outch. Votre mission de superhéros sera d’éviter les accidents sérieux. Angoisses domestiques, angoisses liées à la santé ou aux apprentissages : elles varieront selon son âge et votre degré d’imagination. Rassurez-vous, à chacune d’elles correspond un ou plusieurs gestes de prévention.

 

Vie de parent 

Avec les autres

Avec les autres

Aux angoisses domestiques que nous venons de voir, s’en ajoutent d’autres, sur lesquelles le parent a peut-être moins de pouvoir : celles liées au manque de places dans les structures d’accueil, le coût que cela engendre. Puis à la difficulté de trouver la bonne école, la mieux située... Et ce n’est pas fini. Une fois cela fait, comment nos tout-petits à peine sortis de l’œuf vont-ils interagir ? En un mot : de quel cuir mon petit animal social est-il fait ? Vite, tâchons d’apaiser toutes ces craintes.

 

Vie de parent 

Chez les autres, sans moi

Chez les autres, sans moi

Grandir, c’est élargir ses horizons : passer un après-midi d’anniversaire chez une copine, un week-end chez les grands-parents… C’est aussi imaginer son enfant triste, blessé, frustré ou au contraire très gâté. Mais ces inquiétudes parentales sont-elles toujours justifiées ?