Parent seul + enfant·s = précarité

Parent seul + enfant·s = précarité

À Bruxelles (32,8 %) et en Wallonie (30 %), une famille sur trois est une famille monoparentale. Dans le sud du pays, près de la moitié des familles monoparentales vivent avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté. Être une famille monoparentale n’est pas un problème en soi, le risque accru de précarité l’est. Le 19 février, la Ligue des familles a interpellé les différents gouvernements du pays dans le cadre d’un débat organisé par la plateforme de lutte contre la pauvreté des enfants (et de leurs familles).

 

Vie de parent Monoparentalité

Les familles monoparentales, premières victimes de la précarité énergétique

Les familles monoparentales, premières victimes de la précarité énergétique

C'est chiffré. C'est implacable. Selon un rapport partagé par le journal le Soir, quasi la moitié des familles monoparentales sont confrontées à une précarité énergétique. Elles font partie des 400 000 « ménages » sévèrement touchés par les hausses du prix de l’électricité.

 

 Séparation

Beaux-parents en mal de reconnaissance

Beaux-parents en mal de reconnaissance

Inconfortable, la position de beau-parent ? Entre flou des responsabilités et insécurités juridiques, il n’est pas toujours facile de trouver sa place. Les débats en cours se heurtent à la diversité des modèles familiaux. Mais il y a des pistes de réflexion.  

 

 Adoption

Parent 1 - Parent 2 : tempête dans un verre d’eau

Parent 1 - Parent 2 : tempête dans un verre d’eau

Il y a quelques jours, la commune de Woluwe-Saint-Pierre s’est retrouvée au centre d’une polémique que notre monde formaté aux réseaux sociaux aime à faire mousser. À l’origine, une simple modification apportée aux formulaires d’inscription dans les crèches. Retour, à froid, sur un faux débat et une vraie question de société.

 

Vie de parent Monoparentalité

Séparation : continuer à se parler parents

Séparation : continuer à se parler parents

L’heure n’est plus au grand débat du pourquoi, du comment, ni du « à qui la faute ». Que l’on s’y attende ou pas, divorcer, se séparer, c’est toujours le grand choc, la défaite, le monde autour de nous qui s’écroule, le tsunami intérieur. Certes. Le constat posé, la décision prise, il s’agit d’aller de l’avant, de nager, de rejoindre l’autre rive. D’une brasse maladroite, en apnée ou dans un crawl vigoureux. Parce c’est là, sur la berge, qu’attendent vos enfants.