Vie de parent

Jeunes aidants proches : Bruxelles inaugure sa première maison d’accueil

Ils ont 12, 15 ou 20 ans, vont à l’école ou suivent des études comme les autres jeunes de leur âge. Seule différence : à la maison, ils sont au quotidien responsables d’un proche en situation de dépendance (handicap, maladie, alcoolisme…). Pour les soutenir, une Maison pour jeunes aidants proches ouvre ses portes à Bruxelles.

Jeunes aidants proches : Bruxelles inaugure sa première maison d’accueil

Ce 26 septembre, la première Maison des Jeunes aidants proches ouvrira ses portes au public pour son inauguration officielle. « La Maison est prévue pour accueillir les jeunes aidants, ceux qu’ils soutiennent et ceux qui les soutiennent (professionnels, etc.), explique Julie Dupont, chargée de missions chez Jeunes Aidants Proches asbl. En première ligne, les activités seront destinées aux jeunes aidants. Mais nous organiserons également des journées famille, où celles-ci seront invitées ».

Des enfants aux préoccupations d’adultes

En apportant leur aide au quotidien à un proche en situation de dépendance, les jeunes aidants proches voient l’innocence de leur jeunesse quelque peu négligée. « Ces jeunes se construisent autour d’un rôle d’aidant et sont parfois confrontés à des crises identitaires. Ils doivent parfois prendre un rôle de parent auprès du proche en difficulté ou de la fratrie, doivent gérer le quotidien du ménage, d’une famille, tout ça à côté de l’école ».
La Maison servira en quelque sorte de refuge, un havre de paix dans lequel les jeunes vont pouvoir s’exprimer, prendre du temps pour eux, faire leurs devoirs au calme, loin des préoccupations familiales. Le concept est inspiré de nos voisins anglais où ce type de maisons existe déjà depuis plusieurs années.
« Nous avons mis en place un groupe de jeunes aidants proches depuis un an, et ils nous ont confirmé l’importance de ce projet de maison. Un lieu sûr où ils peuvent se retrouver avec des jeunes qui vivent la même chose qu’eux, venir se poser les soirs difficiles, passer leur samedi après-midi… »
Pour assurer un soutien à ces jeunes aidants, une permanence sera assurée dans la Maison par des bénévoles, membres de l’asbl, éducateurs, etc. « Dans un premier temps, elle sera assurée chaque lundi soir, le mercredi après-midi et soir et le samedi en journée. La première permanence aura lieu le 6 octobre. Nous organiserons également des activités ponctuelles avec des professionnels extérieurs », explique Julie Dupont. Activités que ne nous ne manquerons pas de relater dans le Ligueur du 24 octobre dans lequel nous vous ouvrons grand les portes de ce lieu plein de promesses.

Maria-Laetitia Mattern

Elle en pense quoi, la Ligue des familles ?

Matthieu Paillet, chargé d’études à la Ligue des Familles : « Cette Maison permettra aux jeunes aidants de se retrouver dans un lieu physique pour souffler, se retrouver et partager leur quotidien. Il s’agit d’une très belle initiative de l’asbl Jeunes aidants proches et également de la ministre Fremault qui soutient le projet pour cinq ans ».
Un premier pas très important donc, mais qui « devrait idéalement s’accompagner d’un renforcement des structures d’accompagnement des aidants proches, aides familiales, aides à domicile, services de répit, qui permettraient à ces jeunes aidants proches de ne pas devoir prendre en charge toutes les tâches quotidiennes, souligne Matthieu Paillet. Il serait également intéressant d’instaurer un système de référent dans les écoles, de former le personnel des écoles et d’adapter une certaine flexibilité scolaire pour les enfants dans cette situation ».

Sur le même sujet

Des congés parentaux bien rémunérés