Vie de parent

L’Unicef veut valoriser les enfants porteurs d’un handicap

« Quand les enfants sont perdants, la société est perdante aussi », annonce l'Unicef dans son rapport du 30 mai dédié à la situation des enfants dans le monde. Et les enfants porteurs d’un handicap seraient souvent « perdants ». Pas toujours inscrits dans les registres de population, parfois privés de scolarité… sans parler des loisirs et des vacances. La Belgique ne fait pas exception.

L’Unicef veut valoriser les enfants porteurs d’un handicap - Thinkstock

« En Belgique, les enfants porteurs d'un handicap sont encore trop souvent confrontés à l'exclusion, notamment dans l'éducation, les activités culturelles, les événements sportifs et sociaux », déplore l’Unicef dans son rapport La situation des enfants dans le monde présenté à la presse ce jeudi.
Pour y remédier, une première piste est avancée : une éducation pour tous qui « élargit les horizons de tous les enfants tout en permettant aux enfants porteurs d'un handicap de réaliser leurs ambitions. »

Valoriser leur potentiel

Concrètement, cela signifie mettre en avant les aptitudes et le potentiel des enfants porteurs d’un handicap plutôt que de mettre l’accent sur ce qu’ils ne savent pas faire.
« Lorsqu'on considère le handicap avant de considérer l'enfant, cela non seulement nuit à l'enfant en question mais prive également la société de ce que l'enfant a à offrir », précise le directeur général de l'Unicef, Anthony Lake.
Pour cela, l’Unicef demande à l’État belge de soutenir davantage les parents par une assistance spéciale, par exemple, mais également par un supplément d’allocations familiales pour les moins de 21 ans porteurs d’un handicap.

Un vrai choix d’école

L’Unicef dénonce également le cloisonnement entre le monde de l’enseignement « spécialisé » et celui de l’enseignement « ordinaire ». En prônant pour un vrai choix d’école par les enfants et leurs parents, peu importe le milieu scolaire désiré.
Et puis, à l’approche de l’été (si, si, l’été sera bientôt là), l’Unicef pointe également la difficulté pour les enfants porteurs d’un handicap de profiter de loisirs ou de vacances. Si plusieurs projets pilotes voient le jour, ils s’inscrivent rarement dans la durée.

Estelle Watterman - 30/05/2013

Sur le même sujet

Une société inclusive

La Ligue des familles veut être la Ligue de toutes les familles. Notre association soutient un projet de société inclusive : une société dans laquelle chacun selon ses singularités, ses besoins, ses envies et ses potentialités peut prendre toute sa place et poser librement ses choix de vie.

Eliane ou le bonheur des enfants handicapés

Si pour certains la pension rime avec décompression, évasion ou télévision, pour d’autres, c’est l’occasion de s’engager dans une passion qui tient à cœur. Eliane Demunter-Tordeurs est de ceux-là. À 76 ans, ce sacré bout de femme se bat pour que les enfants handicapés aient une école qui leur convient.