Vie de parent

Migrants : ils viennent d’où
et pourquoi

Depuis toujours, des hommes, des femmes et des enfants se déplacent pour aller vivre ailleurs : on dit qu’ils migrent d’une région à l’autre. D’ailleurs, chacun d’entre nous possède dans sa famille un ancêtre plus ou moins éloigné qui a un jour migré pour venir s’installer en Belgique.

Toujours plus nombreux

Laissons l’histoire derrière nous pour revenir à aujourd’hui. Intéressons-nous à un premier chiffre : en 2015, la planète comptait 244 millions de migrants. Un record ! Jamais autant de personnes n’avaient quitté le pays où elles sont nées pour aller vivre ailleurs. Selon les spécialistes, ce chiffre devrait encore augmenter dans les prochaines années.
Plusieurs raisons expliquent cette augmentation. D’abord, nous sommes de plus en plus nombreux sur Terre. Ensuite, de plus en plus de personnes, notamment dans les pays du Sud de la planète, vivent dans des conditions très difficiles à cause de la guerre, de la famine, de la pauvreté, du manque de travail : toutes ces personnes ont envie de trouver ailleurs une vie meilleure.
Enfin, même en n’étant pas en danger, il est plus facile et plus tentant qu’avant d’aller étudier, travailler ou vivre dans un autre pays. Autre raison très pratique qui explique l’augmentation du nombre de migrants : grâce aux moyens de transports actuels (avions, bateaux, camions, trains…), il est plus facile qu’avant de se déplacer d’un endroit à l’autre de la planète.

Un voyage long et coûteux

Malgré tout, migrer d’un pays vers un autre reste extrêmement compliqué et cher : seuls les plus riches peuvent entreprendre un tel voyage. En effet, il faut beaucoup d’argent pour prendre l’avion (dans le meilleur des cas) ou même le bateau : pour fuir la Syrie, par exemple, les habitants ont dû rassembler toutes leurs économies pour quitter leur pays. En chemin, la plupart des migrants croiseront sur leur route des passeurs, plus ou moins honnêtes, qui promettent de les aider en échange d’argent. Avant d’aller plus loin, jetons un coup d’œil sur les définitions, car un migrant et un réfugié, ce n’est pas tout à fait la même chose.

Anouck Thibaut

DICO

Migrant

Un migrant est une personne qui a quitté le lieu où elle vit habituellement pour aller vivre ailleurs soit en franchissant une frontière, soit en se déplaçant à l’intérieur de son pays. Un migrant peut se déplacer pour différentes raisons, par choix ou parce qu’il se sent obligé de le faire, notamment parce que sa vie est en danger. Il peut le faire pour toujours ou revenir plus tard dans son pays d’origine.
(Il existe plusieurs définitions du migrant. Celle-ci est celle de l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations).
Plusieurs raisons peuvent pousser une personne à migrer : la guerre, un dictateur qui menace de l’emprisonner car il ne pense pas comme lui, une catastrophe naturelle, la pauvreté, retrouver un membre de sa famille… Ou tout simplement l’envie d’aller étudier, travailler ou vivre dans un autre pays, même en n’étant pas en danger. Dans tous les cas, un migrant doit recevoir l’autorisation de s’installer dans son nouveau pays.

Réfugié

Un réfugié est une personne qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité car elle craint d’être persécutée à cause de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou encore de ses idées politiques. À cause de cette crainte, elle ne se sent plus protégée par son pays d’origine.
(Cette définition fait partie d’un texte important qui est la Convention relative au statut des réfugiés, qui date de 1951 et qui a été acceptée par la majorité des pays du monde).
En arrivant dans un autre pays que le sien, un réfugié vient demander la protection de ce nouveau pays parce sa vie est en danger dans son pays d’origine. Cette personne doit introduire ce que l’on appelle une demande d’asile qui est acceptée ou non, selon des critères très précis. Si cette demande est acceptée, elle a le droit de vivre dans son nouveau pays : on dit aussi qu’elle obtient le statut de réfugié. Si ce n’est pas le cas, elle est alors obligée de retourner d’où elle vient.
Certaines personnes en danger quittent leur habitation pour aller se réfugier ailleurs, sans passer de frontière, donc en restant dans leur propre pays. Dans ce cas, on ne dit pas d’eux qu’elles sont des réfugiés mais des déplacés. Important : les déplacés sont deux fois plus nombreux que les réfugiés.
Ces définitions permettent donc de comprendre la chose suivante : si tous les réfugiés sont bien des migrants, tous les migrants ne sont pas des réfugiés !

Chiffres

244 millions

C’est le nombre de migrants actuellement dans le monde. Jamais ce chiffre n’a été aussi important. Petite comparaison : cela correspond à 22 fois la population de la Belgique.

25 millions

C’est le nombre de réfugiés actuellement dans le monde. Les réfugiés représentent une toute petite partie seulement (soit 10 %) des migrants.

Sur le même sujet

Le projet accueil migrants

Cinq clichés… à chasser de sa tête

Interrogez votre grand-mère ou votre grand-père. Si l’un et l’autre sont nés ici, leur maman, leur papa ou leurs propres grands-parents viennent peut-être d’un autre pays, d’un autre continent.
La Belgique a toujours accueilli des migrants, d’autres pays d’Europe aussi. Pourtant, il y a encore des gens qui craignent l’arrivée des étrangers parce qu’ils croient qu’ils vont prendre leur travail et qu’il n’y aura plus de place pour eux dans leur propre pays. Vrai ou faux ? Passage en revue de quelques idées fausses, appelées aussi clichés.

 

Belgique : nos migrants, des voisins

Non, la majorité des migrants en Belgique ne viennent pas des pays du Sud. Mais avant de le voir plus en détails, revenons aux mouvements migratoires dans le monde et aux fameux 244 millions de personnes : d’où partent-ils et où vont-ils ?

 

Et si vous désirez les accueillir, que pouvez-vous faire ?

En voyant les images de ces embarcations remplies de naufragés, en écoutant l’histoire de ces parents qui ont fait des kilomètres dans le froid et la neige, on se sent si triste qu’on aimerait courir les aider. Mais comment ? Voici des expériences, des idées aussi que vous pouvez mettre en place, tout de suite, avec votre école, vos parents et grands-parents et pourquoi pas, avec les copains aussi.