Vie de parent

Moi papa au boulot - Moi papa à la maison - Moi papa avec leur maman

Les pères ont changé. Mais jusqu’où ? Jusqu’où le monde des entreprises et la société tout entière leur permettent-ils de prendre leur paternité à bras-le-corps ? Jusqu’où ont-ils réussi, sur le territoire domestique, à réinventer une manière d’être papa avec ou malgré la mère ? Sans oublier le couple, l’amour et leur rôle d’amant. À ces questions, les papas nous répondent. Les mamans et les enfants aussi, le tout accompagné du point de vue d’un expert.

Moi papa au boulot - Moi papa à la maison - Moi papa avec leur maman

Boulot : et la famille pendant ce temps-là ?

Un nouveau mot est né : le « présentéisme », un mal que les observateurs du monde du travail disent atteindre davantage les hommes que les femmes. Plus fort encore ! Un chef d’entreprise en France a lancé en 2013 une association Mercredi-c-papa centrée sur l’égalité professionnelle entre hommes et femmes.
Antoine de Gabrielli, son fondateur, rapporte que durant des années, il a écouté des centaines d’hommes qui évoquaient leur difficulté à développer leur épanouissement dans d’autres domaines que la sphère du boulot. Pour lui, « un homme repose sur le plancher de son statut professionnel, mais celui-ci l’isole de ses autres domaines naturels d’épanouissement ». Et c’est là qu’intervient la culture « présentéiste » de l’entreprise.
En effet, au-delà des beaux discours, des invitations par le pouvoir politique à prendre un congé parental (lire notre enquête Travail-maison : pas toujours simple !), c’est toujours délicat pour un papa travailleur de demander de quitter son poste plus tôt pour se rendre à la réunion des parents en maternelle. Et ça reste d’autant plus compliqué si ce même papa veut négocier un temps partiel. « Les hommes ne sont jugés compétents que s’ils sont visibles », martèlent encore ces experts du rééquilibrage vie privée-vie professionnelle.
La Ligue des familles, dans les pages du Ligueur du 12 juin 2013, le rappelait également : « Le monde de l’entreprise doit oser encourager les pères à utiliser les dispositifs existants, favoriser les possibilités d’aménagement du temps de travail et résister au culte du ‘présentéisme’ qui veut que le bon travailleur se présente tôt au travail et rentre tard à la maison. »
Des dispositifs protègent les femmes enceintes : il faut les mêmes pour les hommes, afin de valoriser la paternité. L’égalité hommes-femmes passe par là aussi !

Maison : la place qu’il prend et qu’on voudrait qu’il prenne

La polémique va bon train sur la place pourrait-on dire « domestique » du papa, certains psys et pédiatres en tête. Avec cette inquiétude qui les taraude : la disparition du tiers symbolique - le père - censé interrompre le tête-à-tête fusionnel entre le tout-petit et sa mère. Jusqu’à redouter un duo mère-enfant face à un père isolé. Ces papas magnifiques, qui biberonnent, langent, jouent, nettoient, seraient montrés du doigt parce qu’ils ne font alors que doubler le rôle de la mère. N’assumeraient-ils plus que des tâches ménagères au détriment de leur mission, l’éducation, qui est de poser des règles tout en donnant l’exemple ?
On comprend que ces pères soient désorientés par de tels propos et ne sachent plus très bien comment « se mettre » au milieu de leur petit monde familial. Mais ce petit monde, que veut-il au juste ? Le Ligueur a ouvert ses colonnes à ces mamans et ces enfants afin de mieux cerner leurs attentes. Vous ne retrouvez pas les vôtres dans celles que nous avons récoltées ? Réagissez sur redaction@leligueur.be ? Et vous, les pères, n’hésitez pas : témoignez toujours, via la même adresse mail, de vos incompréhensions, de vos souhaits, de vos contentements aussi, afin de compléter ce dossier qui n’est que l’amorce d’un grand débat.

Amour : sur la même longueur d’ondes ?

Derrière la fonction du père, reste l’homme et dans la foulée, l’amant de la maman, bien sûr ! Avec souvent un ou plusieurs enfants qui prennent toute la place captent toute l’attention de leurs parents. Comment tricoter son histoire de couple après la rude journée passée au boulot, l’après-quatre heures rock’n’roll avec les gosses ? Le psychologue interrogé sur cette question dit que si le couple papa-maman ne fonctionne pas, l’amour peut difficilement se construire… Là aussi, votre expérience est précieuse pour d’autres parents, pour la rédaction du Ligueur aussi. Écrivez-nous à redaction@leligueur.be

Myriam Katz

Sur le même sujet

Papa boulot...

Prendre un congé parental pour concilier vie professionnelle et vie personnelle ? Un choix évident pour certains papas, imposé pour d’autres et une impossibilité pour quelques uns entre renoncement et refus catégorique. Et pour décrypter cela, les explications de notre experte, la sociologue Laura Merla.   

 

Papa maison...

Papa est au travail. Mais quand il rentre qu’attend-t-on de lui ? Qu’il joue au gendarme ? Le papa d’aujourd’hui rêve de retrouver ses mômes et de s’en rapprocher, tantôt en jouant avec eux, tantôt en s’occupant du bain, du souper, de la mise au lit, de ces mille et unes petites choses parfois lourdes, mais qui créent l’intimité au quotidien. Et les mamans ? Et les enfants ? Qu’attendent-ils de papa, une fois rentré du boulot. Témoignages prolongés par l’avis du pédiatre, Jacky Israël.

 

Papa amour...

Des papas, il y en a de toutes les sortes : des papas-gâteaux, des papas très présents ou plutôt absents, des papas-gendarmes, des papas sérieux, des papas aussi enfants que leur enfant. Leur point commun ? Au départ, ils sont tous des hommes, des amoureux en qui on a eu assez foi pour se lancer dans l’aventure parentale.